USA : les voyageurs soumis à de nouvelles mesures de sécurité

Dans le but de renforcer leur sécurité intérieure, les autorités américaines ont mis en place, depuis ces derniers mois, de nouvelles mesures que vous devez prendre en compte lorsque vous préparez votre voyage aux Etats-Unis.

Ainsi, les ressortissants des 38 pays membres du programme d’exemption de visa (Visa Waiver Program) doivent répondre à certains pré-requis afin d’être autorisés à fouler le sol américain. Nos experts vous expliquent tout dans le détail !

 

Qu’est-ce que l’ESTA ?

L’ESTA consiste en une pré-autorisation de séjour qui permet aux personnes éligibles de se rendre aux Etats-Unis via une procédure plus simple et moins coûteuse que celle requise pour établir un visa.

Valable deux ans, le document permet à ses détenteurs de pouvoir effectuer plusieurs séjours durant cette période.

Les voyageurs doivent toutefois se plier à certaines mesures de sécurité imposées par les Etats-Unis, telles que :

  • voyager avec une compagnie reconnue par les USA ;
  • rester 90 jours maximum consécutifs sur le territoire.

 

Les mesures de sécurité générales

Pour se rendre aux Etats-Unis, les ressortissants du programme d’exemption de visa doivent impérativement disposer d’un passeport biométrique ou électronique en cours de validité.

Afin de répondre à cette mesure de sécurité, les voyageurs qui ne possèdent pas ce document d’identité doivent contacter l’ambassade des Etats-Unis en vue d’effectuer une demande de visa.  

 

Les mesures de sécurité ciblées

Les ressortissants des pays membres du Visa Waiver Program ayant séjourné ces dernières années dans l’un des pays considérés comme berceau du terrorisme (Syrie, Irak, Yemen, Somalie, Soudan…) ne peuvent obtenir d’ESTA.

Ils doivent donc faire face aux nouvelles mesures de sécurité imposées et se tourner vers une autre forme d’autorisation de séjour : le visa.

Quelques exceptions sont toutefois accordées mais dans des cas très précis.

Elles s’appliquent aux :

  • agents à temps plein des administrations d’Etat qui sont en mission officielle ;
  • agents travaillant pour une organisation régionale ou internationale ;
  • personnels oeuvrant dans l’humanitaire ou le journalisme.

 

Aller plus loin en consultant les autres articles sur le sujet:

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir un meilleur service. Lire notre politique d'utilisation des cookies.